Changer de Syndic : Comment y arriver ?

Changer de Syndic : Comment y arriver ?

Changer de syndic ne s’improvise pas, en pratique le succès d’un tel projet est soumis à une bonne préparation du dossier en amont de l’assemblée générale. Comment maximiser les chances de réussite ?

S’assurer de la nécessité du changement

On ne change pas de syndic par simple envie de changement, en effet la nomination d’un nouveau gérant entraine bien souvent un bouleversement dans les habitudes des copropriétaires (nouvelle adresse, nouvel interlocuteur, nouvelle méthode de travail…). Changer de syndic doit donc être nécessaire pour l’intérêt du syndicat et cette nécessité peut se traduire de deux façons. Le besoin de changement peut résulter de l’insatisfaction des copropriétaires sur la gestion pratiquée, en règle générale cela se traduit par un manque de réactivité et/ou de communication pouvant à terme porter préjudice à la copropriété et à son bon fonctionnement. Le besoin peut également se matérialiser par une volonté de réduire le coût de la gestion dans une optique de maîtrise des charges.

S’assurer de la faisabilité

Changer de syndic n’est pas faisable en tout temps, en effet sauf très rare exception ce n’est qu’à l’expiration du mandat du syndic que cela est possible. Il faut donc vérifier la date d’échéance du mandat afin de s’assurer que ce dernier vient à expiration pour la prochaine assemblée générale. A défaut, il faut hélas patienter.

Existence d’une volonté collective de changer de syndic

La nécessité de procéder à un changement doit être ressentie par une collectivité de copropriétaires. En effet la désignation d’un syndic requiert l’expression d’une volonté collective en assemblée générale, il est donc primordial qu’une majorité de copropriétaires soit favorable au changement. La loi impose par principe une nomination à la majorité de l’article 25, ainsi pour s’assurer de pouvoir changer de syndic il est préférable que la moitié des copropriétaires se prononce en faveur d’un changement.

Trouver le syndic adapté à l’immeuble et à ses besoins

Qui dit changement, dit remplaçant, il faut alors trouver un syndic de copropriété qui prendra la suite de la gestion. Idéalement, il faut dresser les besoins du syndicat des copropriétaires au niveau de la gestion et éventuellement matérialiser cela par la rédaction d’un cahier des charges.

Une fois cette étape réalisée, il faut ensuite trouver le syndic qui puisse répondre aux besoins. Pour cela il faut identifier les syndics locaux et prendre rendez-vous avec ceux qui de prime abord paraissent intéressants pour l’immeuble. Il est important de pouvoir rencontrer les syndics afin de se faire une idée de la gestion proposée et in fine obtenir une proposition de contrat.

Inscrire le changement à l’ordre du jour dans les temps

Une fois le tour des syndics locaux effectué et les propositions récoltées, il est recommandé d’analyser les différentes propositions afin de n’en retenir qu’une ou deux à soumettre à l’ordre du jour. Il est déconseillé de demander l’examen en assemblée générale de toutes les propositions obtenues, en effet en l’absence de consensus entre les copropriétaires il peut y avoir une dispersion des votes entre les différents syndics, ce qui généralement favorise le syndic en place.

L’inscription à l’ordre du jour doit être faite par courrier recommandé avec accusé de réception accompagné du projet de résolution et des contrats de syndics concurrents. L’envoi de ce courrier doit être fait avant le départ de la convocation d’assemblée générale, à défaut changer de syndic ne sera pas possible. Idéalement il faut envoyer ce courrier au moins un mois et demi avant la date de l’assemblée générale.


Commentaires

LEBLOND

22/11/2017

Bonjour, Il s'agit en réalité de faire en sorte que le syndic mandaté applique réellement la loi ALUR en ce qui concerne le compte séparé au nom de la copro et non un sous-compte comme je le soupçonne de l'avoir fait et en ne fournissant pas la preuve de l'ouverture de ce compte en faisant parvenir au copropriétaire demandeur la copie de COC. Salutations.